Lipomodelage des grandes levres

En pratique :

Hospitalisation : en ambulatoire
Durée intervention : 30 à 45 minutes
Anesthésie : générale
Cicatrice : infracentimétrique dissimulée dans les plis naturels
Pansements : 15 jours
Durée de la convalescence : 3 à 4 jours
Arrêt des activités sportives, sexuelles et bains : 1 mois
Contention : 3 semaines
Résultat morphologique : à 6 mois
Contrôle, suivi : 7 jours, 15 jours, 3 mois et 1 an

Fiche SoFCPRE
Voir les questions fréquentes
Poser votre question

INTRODUCTION

L’augmentation du volume des grandes lèvres repose principalement sur l’injection de la propre graisse de la patiente prélevée dans les zones ou elle est en excès (lipofilling).

Les grandes lèvres sont alors repulpées de façon stable et durable donnant un aspect plus jeune à la vulve.

Cette intervention n’est pas prise en charge par la sécurité sociale et peut être associée à d’autres opérations en vue d’améliorer l’esthétique génitale de la femme.

Par définition, pour permettre cette intervention, il est nécessaire d’avoir des zones de stockage graisseux. Les patientes trop minces ne seront pas éligibles pour cette technique.

Une autre alternative à l’adjonction de graisse est l’injection d’acide hyaluronique (Désirial). Vous pourrez trouver l’ensemble des informations de ce sujet dans la section sécheresse vaginale.

Avant l’intervention

L’examen clinique permet de vérifier la faisabilité de l’intervention en fonction des zones de stockage graisseux et du souhait sur le résultat final.

Le poids avant l’intervention se devra d’être le plus proche possible du poids idéal afin d’obtenir un résultat durable. En effet, toute perte de poids dans les suites de l’intervention est à risque de perte de la greffe de cellules graisseuse.

Une visite chez l’anesthésiste est obligatoire.

Il est recommandé de cesser de fumer au minimum un mois avant et un mois après l’intervention afin d’éviter toute difficulté dans le processus de cicatrisation et de prise de greffe.

Toute prise médicamenteuse à base d’aspirine ou d’anti inflammatoires est proscrite au cours de la semaine précédant l’opération.

L’intervention

Cette intervention est préférentiellement réalisée sous anesthésie générale pour plus de confort, au cours d’une hospitalisation ambulatoire.

La graisse est à l’aide de canules de liposuccion atraumatiques, en effectuant au préalable de micro-incisions de 3 à 4 mm dissimulées dans les plis naturels. Les zones de prélèvement (lipoaspiration) sont définies avant l’intervention et intéressent les excès graisseux localisés (culotte de cheval, flancs, ventre par exemple). La graisse est alors traitée et réinjectée par des cicatrices infra centimétriques et dissimulées dans les plis naturels.

Après l’intervention

La réinsertion de graisse est en général peu douloureuse. En revanche, il peut y avoir des douleurs au niveau des zones de prélèvement de la graisse à type de courbatures. La prise d’anti-inflammatoire n’est pas autorisée.

Des ecchymoses (bleus) et un œdème (gonflement) apparaissent au niveau des régions ou la graisse a été prélévé. Il existe une gène à la marche dans les premiers jours et un œdème apparaît également au niveau de la région pubienne.

Une contention des zones lipoaspirées (panty) devra être portée sur une période de 3 semaines Un arrêt de travail de quelques jours doit être envisagé.

Il est fortement déconseillé d’avoir des rapports sexuels et de prendre des bains durant 2 à 3 semaines. La reprise du sport pourra se faire à 1 mois.

Résultats et suivi

Le résultat définitif ne sera visible qu’au bout du 3ème mois dès fonte de l’œdème post opératoire. En moyenne 60 à 70% de la graisse injectée survit et reste stable sous réserve d’un poids également stable.

Si nécessaire, une seconde intervention sera nécessaire pour parfaire le résultat en fonction du degré de résorption des cellules graisseuses et de la quantité de graisse réinjectée tolérable. Cette seconde intervention sera réalisable dans un délai de 9 à 12 mois si les réserves graisseuses de la patiente sont suffisantes.

La zone opérée peut être moins sensible et la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 3 à 12 mois.

Des consultations de suivi sont proposées à 3 mois et 12 mois après l’intervention.

Vous souhaitez consulter le Dr Laura Chanel ?

Merci de prendre rendez-vous en ligne